Tu seras une femme, ma fille

« Tu seras une femme, ma fille
Si tu peux écouter les avis qui t’entourent
Sans les prendre pour acquis ni te braquer d’emblée
Comprendre que chacun regarde le monde autour
Pour y trouver du sens ou y panser ses plaies
 
Si tu peux reconnaître dans tes yeux la beauté
Te libérer du doute, des critiques et des peurs
Apercevoir l’ombre dans ton intimité
Avant de t’écrier qu’on vole ton bonheur
 
Si tu peux prendre soin de ce corps merveilleux
Qui t’offre de vibrer aux cycles de la Lune
Et relier ton cœur à la Terre et aux cieux
Honorant la Déesse en laquelle nous sommes Une
 
Si tu peux prendre amant, sans chercher à combler,
Ou un homme tendre et fort, dont l’âme épouse la tienne
Si tu peux le guider pour être apprivoisée
Et par lui découvrir tes dons et ce qui saigne
 
Si tu peux pardonner la faiblesse de tes mères
Et voir au travers d’elles la flamme divine des sages
Quand le soir tu t’endors remercier leurs lumières
Qui ont, comme elles ont pu, préparé ton passage
 
Si tu peux rêver grand et croire en l’impossible
Si tu peux percevoir la voix des guides la nuit
Confiante d’être aimée d’un amour indicible
Qui ne te quitte pas même quand tu faiblis
 
Si tu peux retrouver les mains des autres femmes
De vos danses, chants et mots guérir vos blessures
Former ensemble un cercle qui unisse vos âmes
Et inspirer les autres à baisser leur armure
 
Si tu peux accueillir les saisons des années
Méditer leurs leçons et célébrer leurs rites
Pour écouter le chant des expériences passées
Et tisser leurs histoires en l’ouvrage de ton mythe,
 
Alors la Vie, ma douce, ma belle enfant en fleur,
Sera à tout jamais ta plus fidèle amie
Et ce qui vaut bien plus que les titres, les honneurs,
Tu seras une femme, ma fille ! »
 
Amala Klep


Partager
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur linkedin
LinkedIn